Ovni, surréaliste, météore, pour comprendre ce qui vient de se produire, il nous faut trouver la  grille d’analyse et expliquer le phénomène Macron, trop irrationnel pour être honnête. Dans cette société du spectacle tout suit un synopsis calculé avec la moindre incertitude. Attachons-nous à deviner le résultat et nous saurons à qui cela profitera.

Macron est sans doute un ultra ambitieux poussé dans un milieu favorisé pratiquant la socio-culture du moment avec aisance, comme Stendal en son époque. La socio-culture ne vient pas du peuple, elle est promue par les penseurs analystes, princes de la manipulation et sert à créer un système de castes où chacun est programmé autant en haut qu’en bas. Le principe est toujours le même, pour la stabilité de l’hyper classe qui ne s’intéresse qu’au pouvoir absolu, de vie et de mort, celui des décisions s’appliquant aux productifs interchangeables, comme aux parasites qui croient avoir le rôle essentiel, mais qui ne sont que le plafond de verre, la frontière infranchissable pour les productifs.

Les parasites – tribu d’Emmanuel – ont eux-mêmes un plafond de verre au-dessus d’eux que leur orgueil empêche de voir, même les plus doués d’entre eux n’accéderont jamais au pouvoir suprême. Ils pourront atteindre la notoriété dans le cinoche, la chansonnette, la politique ; parlementaires, ministres, etc., en réalité, ils ne sont que les collecteurs de richesses apportées par le travail des laborieux qui se lèvent le matin dans leur HLM où est entassé tout le cosmopolitisme de la misère humaine avec les tensions qui en découlent et le stress qui les tuera avant l’âge.

Pour les plus pauvres, les ressources sont aspirées par l’achat des besoins essentiels et pour les plus aisés, de consommations dites de loisirs et de train de vie, smartphones ruineux pour les familles que la progéniture réclame, etc ; pour les états, d’armements sophistiqués contre des ennemis hypothétiques et désignés pour leur manque de démocratie et d’autres produits d’une interminable liste jamais terminée. Bref tout le monde dépense et tout se retrouve dans la banque communautaire du système qui peut endetter et donner un prix à toute chose inerte ou vivante.

Notre météore Macron appartiendrait-il à l’hyper classe ? Même pas, malgré ses émoluments. Les grands thaumaturges vivent dans la discrétion, leurs rares « distractions » se font dans les fondations où ils peuvent soustraire les enfants prometteurs aptes à la servilité des classes antagonistes afin que ceux-ci choyés, reconnus, se mettent au service avec zèle et sans état d’âme pour la pérennité du système. Hisser ce type de charlatan à la notoriété de présidentiable dans un temps record relève de la gageure et ne manque pas d’humour.

Macron continuera le programme de destruction sociétal par théorie du genre, pseudo protection des minorités, dénatalité, etc. donc, grâce aux moyens médiatiques, il scellera la bienpensance macronosmique, tel un scélérat hostile à la famille traditionnelle, pérennisant la fin de notre humanité comme décrite dans le bouquin de Huxley. Son cas personnel explique tout, le pouvoir dissimulé derrière le spectacle décrit par Guy Debord l’a choisi à dessein. Son odyssée magique ne lui permettra jamais cependant d’intégrer l’élite invisible, il n’est en fait qu’un produit marketing, un opportuniste qui, aveuglé par son image, ne voit pas son propre plafond de verre.

JJ

GSHF